jeudi 18 août 2011

Référencement en FNAC

Début Juin, je me présente avec mon plus beau sourire à la Fnac des Champs Elysées…. Là, ils me transmettent les coordonnées du siège.
J’appelle la direction FNAC qui me donne la marche à suivre pour les éditeurs assurant leur propre diffusion et distribution :
 
Aller retirer une demande de référencement dans un de leurs magasins (sauf Champs Elysées). Ce document à remplir, leur sera retourné à valider. Une fois mon compte fournisseur ouvert, je devrais présenter mon livre à chaque responsable du rayon littérature. 
Rien de plus simple. Youpppi !

Confiante, je me rends à la
Fnac des Ternes….. pour me recevoir un savon ! 

Je ne m’attendais pas à un tel accueil. Non seulement je dérange mais visiblement la personne n’a pas confiance dans les livres auto édités, même si j’ai connu un succès avec mon premier livre, que je suis attachée de presse et accessoirement chroniqueuse TV. Rien à faire….. Son ton et sa façon dédaigneuse de me répondre m’atteint, j’en ai les larmes aux yeux. La personne refuse catégoriquement de me remettre le document, prétextant qu’elle a besoin de voir le livre.  Pourtant, il n’y a pas de cause à effet entre ma demande de référencement au siège et la présence de mon livre dans son rayon, puisque je prendrai RDV avec elle une fois référencée. Elle ne veut rien savoir. Blessée et humiliée, dans la rue, j’en pleure. 
Pas facile d’être une commerciale !

Perplexe, je me dis que je suis mal tombée et me présente à la Fnac Saint Lazare…..
Là, c’est la pagaille. Ils ne savent pas où est rangé le document. Il faut demander à unetelle qui demande à untel qui cherche unetelle, j’attends. Ils finissent par me trouver le document à remplir. Je suis heureuse et rassurée. Le lendemain, je reviens et le leur confis.

Réjouis, j’attends patiemment l’email de la direction me confirmant mon référencement, le délai est normalement de 15 jours à trois semaines. Les semaines passent.… Toujours rien. Je stresse, cela prend beaucoup plus de temps que prévu et je n'ai pas pris en compte cet imprévu. 
Aïe, j'ai commencé mon lancement presse alors que le livre n’est pas encore en place.  Quelle frustration ! 

C’est si long, et pour cause : La direction n’a jamais reçu ma demande. Je retourne à la Fnac Saint Lazare qui refuse de renouveler l’opération, me demandant de patienter…..sauf qu’à la direction, ils confirment qu’à la date en question, ils n’ont reçu que des pages blanches de leur fax… Ma demande aurait-elle été envoyée à l’envers ? Tout est possible. Les stagiaires ont remplacé les professionnelles en ce mois de Juillet ;-)

Un mois est passé. Retour à la case départ !
Je tente la Fnac Montparnasse….Conseil : Laissez tomber, ne perdez pas votre temps. La personne, pourtant très sympa, est catégorique, elle refuse tout ouvrage auto édité dans ses rayons. C’est un principe chez elle. Je repars bredouille et déçue.

Je n’en même pas large, plus du tout sûre de moi et sur mes gardes, je me présente en m’excusant à la Fnac des Halles…… où je suis reçue chaleureusement par un sourire enthousiaste. La personne me remet le fameux document à remplir. J’ai toutes les infos avec moi. En trois minutes l’affaire est réglée ! 
Efficace et sympa!

Pour renforcer cette demande, j’envoie la magnifique parution de CLOSER à la responsable des référencements Fnac. Mention spéciale à l’efficacité de Madame Christine Navarro qui, accueillante et professionnelle, me rappelle aussitôt, comprenant mon souci et veillant au bon acheminement de ma demande.

Le 19 Juillet ! Ca y est, je suis enfin référencée. 

MON CONSEIL : 
Allez directement au rayon qui vous concerne de la FNAC des Halles. Evitez les jours de pointes tels que le Vendredi ou le Samedi. Allez y plutôt le matin. Demander la responsable du rayon. 
Si vous souhaitez remplir le doc sur place, munissez vous de votre numéro ISBN, détails (format, poids, tranche, prix), coordonnées de votre distributeur s'il y a et du résumé, d'un argumentaire ou de la photocopie de la 4ème de couv.

3 commentaires:

  1. Bonjour,
    Editeur indépendant (j'ai monté les Éditions ASTEROLIVRE), et bien que publiant des livres de qualité d’auteurs excellents, je me heurte souvent à des refus de ce genre de la part de libraires.
    — Il y a les libraires qui ne veulent travailler qu’avec les grandes maisons d’édition. Bonjour la diversité culturelle !
    — Il y a les libraires qui refusent les livres auto édités. Quelques fois avec raison, car il est devenu si facile de sortir de mauvais livres, et quelques fois à tort ( je crois que Marcel Pagnol en sons temps s’autoéditait). Au moins pourraient-ils jeter un œil sur les livres proposés.
    Je suis heureux du dénouement de votre histoire avec la Fnac.
    J’en profite pour remercier ici tous les libraires et tous les lecteurs qui osent sortir un peu des sentiers battus de l’édition pour se tourner vers d’autres ouvrages.
    Cordialement
    Didier

    RépondreSupprimer
  2. Comme vous le dites, les libraires méritent une mention spéciale car ils ont les pieds et mains liés et la corde au cou, je me demande comment certains respirent encore....

    RépondreSupprimer